lundi 8 août 2016

Comme écrit sur les lignes de la main ce plaisir enfantin / Par Kader Rabia



Zone d'ombre de Faouzi Maaouia 2016

(1)

A 7 ans
Un jour de Juillet à Bouzaréah
Avec mes deux pêches dans la poche
J’attends Nadou dans la cour de l’école
Je lui tends la plus grosse des pêches
Elle la prend en mordant sa lèvre inferieure
Nous mangeons les deux fruits jusqu’au bout des noyaux
Eclaboussant les alentours
Et jouant des mains à qui touche l’autre
emportés par une joie
trempée
dans
l’infinie
insouciance.

(2)
A 23 ans
Déambulant à la Casbah
En compagnie de Zhor
J’achète deux pêches aux Souk de la Mosquée des Juifs
Nous descendons vers la pêcherie
dessinant des rêves improbables
en dévorant des yeux l’horizon
Prête pour la bise inaugurale,
Elle cerne comme un peintre mon regard insistant
Et je m’amuse à humer son parfum
Oubliant mon fruit dans la poche

(3)
A 60 ans et plus
Je suis dans ma modeste demeure à Clamart
épluchant mes souvenirs
devant une table bancale
Deux pêches attendent dans une assiette
Prolongeant deux cafés sans sucre
Je les rapproche, attendant la suite
Et la voix de Nani ….
vient interrompre mes pensées vagabondes :
« Chéri, voila le couteau et….
N’oublie pas tes médicaments ! »

Kader Rabia 2016

2 commentaires:

  1. Nani, quelle pêche !
    Merci Kader pour le texte.
    Un bonjour à vous deux.

    RépondreSupprimer